gruyeresuisse

09/09/2018

Autopsie du monde et torrents lumineux d’Iván Navarro

Navarro 1.pngArtiste conceptuel et quasi cinétique Iván Navarro présente une suite de sculptures et structure en utilisant la lumière comme matériau de base afin que le réel et l’irréel se côtoient en une suite de détournement en jeux de fluorescences. C’est aussi une manière de refuser de cultiver certains fantasmes mais de les électrifier ou les court-circuiter

 

 

Navarro 2.pngLe Chilien s’empare des éléments iconiques comme ceux du quotidien en refusant tout formalisme gratuit. Ces transferts plutôt minimalistes contiennent toujours une critique implicite du monde en fidélité à son passé : élevé sous la dictature de Pinochet avant de s’installer au USA, l’artiste n’aime pas le réel tel qu’il est livré de manière nauséabonde par les médias et les vautours du pouvoir, leur contrôle physique ou psychologique.

Navarro.jpgMais la prise de risque pour faire bouger les curseurs se refuse ici tout mauvais goût. Intéressé aux concepts d’espace et de vision dans l’art, Iván Navarro reste proche du précurseur de l’art optique Josef Albers. Comme lui il expérimente une abstraction particulière que le créateur allemand développa au Bauhaus puis au Black Mountain College lors de son exil. Aux désastres Navarro préfère désormais des « prostutipia ». Comme leur nom l’indique ce ne sont pas vraiment des utopies. L’artiste sait ce qu’elle cache. Infernales à l’intérieur, elles sont toujours réductrices. L’artiste les conteste à l’aide de modules aussi simples que subtils. Ils tiennent d’une poésie abstraite et visuelle.

Jean-Paul Gavard-Perret

Iván Navarro, « Prostutopia », Templon Bruxelles, du 6 septembre u 9 octobre 2018.

Les commentaires sont fermés.