gruyeresuisse

19/08/2018

Matthieu Ruf : Robinson est de retour

Ruf.jpgMatthieu Ruf, « Seconde Nature », Paulette Editrice, Lausanne, 2018

Le jeune écrivain Lausannois Mathieu Ruf a fondé en 2012 le collectif AJAR dont les membres partagent le désir d’explorer les potentialités de la création littéraire en groupe et de défendre une approche professionnelle de l’écriture sur divers médias et support. Son voyage en Amérique du Sud alimente son blog nommé « L’encre de Paragonie ». Et il n’est pas sans échos dans ce livre où le héros devient « un scientifique penché sur un insecte ». Ce qui permet à l’auteur « Un retour à la nature, entre conte des origines et documentaire post-apocalyptique. »

Ruf3.jpgCe Robinson d’un nouveau genre n’est pas toujours en état de fonctionner parfaitement. Mais il est à l’image de la forêt qu’il explore. Elle est peuplée d’une faune et flore particulières : cochons d’eau, sistérinos, colovriers, etc. Mais l’auteur procède de manière dialectique hégélienne le personnage et le monde entre conservation et dépassement des éléments que constitue le roman entre négativité et positivité dans des linéaments et des lignages impressionnants entre le primitif et le futur.

ruf4.jpgCette dialectique est subtile et l’auteur possède un art achevé et ironique de la description et de l’allusion subtile. Elles donnent tout le sel à cette dystopie originale et qui remet bien des montres à l’heure en défendant des valeurs autant « sauvages » qu’irrecevables dans notre monde qui sous couvert d’ouverture propose bien des révocations et des exclusions. Et l’éditrice lausannoise prouve une nouvelle fois sa volonté de faire bouger les lignes dans ses exercices et liberté et d’amour de la langue.

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.