gruyeresuisse

09/08/2018

Nourritures intellectuelles et terrestres : Lawrence Schwartzwald

Lawrence-Schwartzwald.jpgLe livre chez Lawrence Schwartzwald est toujours intégré aux images prises principalement en milieu urbain. Mais le photographe y intègre par la bande une autre capacité de vie. Les couches sédimentaires du corps n’évoluent pas que dans les mots et parfois en débordent.

Lawrence-Schwartzwald 2.jpg

 

Ils semblent parfois loin derrière. Comme s’ils se laissaient enfourcher ou manger dans divers canyons ou jeux de pistes. Si bien que le photographe offre des pensées qui dépassent de son corps et qui glissent géologiquement à des reliefs humains, très humains…

 

 

Lawrence-Schwartzwald3.jpgLes mots fussent-ils d’amour ne voilent pas tout. Plus question d’imaginer le ciel du logos, sa course des astres. Il faut sans doute et encore compter sur le livre : mais il ne fait pas tout et devient pain ou peine perdu. Aux émois du livre font place d’autres vicissitudes et d’autres découvertes. Etsi des scribes ont laissé leur trace dans le papier, il arrive que lectrices et lecteurs s’extraient de leur gaine ou exhibant d’autres mystères.

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.