gruyeresuisse

08/08/2018

La louve et l’ogre : Nicolas Verdan

Verdan.jpgNicolas Verdan, « La Coach », Collection « fictio », BSN Press, Lausanne, 2018, 136 p., 22.00 Chf.

Pour l’héroïne de ce roman noir il n’y avait d’abord nul accroc dans la soierie de la vie de son frère. Mais un ogre te tira par les pieds : l’employé de Swiss Post mit fin à ses jours dans un contexte de restructuration de l’entreprise où il avait cru pouvoir planter sa tente. Il croyait que son travail, en dépit des orages, résonnerait jusqu’au bout comme un gazouillis d’oiseau bien casé dans son nid. Des dieux de l’entreprise il ne pensait pas redouter le tonnerre. Mais son existence se termine en théâtre masochiste

Verdan 2.jpgIl y eut d’abord un silence une soumission avant qu’il se sente mutiler définitivement. Quelqu’un (derrière lequel sa société se cache) le contraignit. Pâtissant de son départ il s’en imposa un plus terrible. Pour le venger sa sœur se transforme en coach du responsable pour en nettoyer la surface de la terre en rêvant de lui faire boire une potion : pas de ce celle qui réveille les mort mais donne une sorte de courage au vivant.

Verdan 3.pngElle utilise ses contacts pour obtenir la possibilité de coacher professionnellement le « coupable », lui-même soumis à une crise de couple et l’énormité des décisions impopulaires qu’il doit prendre (fermeture de 600 bureaux de poste). Monte plus qu’en sourdine l’étude de la décomposition sociale, la violence économique, sous couvert de la vengeance d’une femme. Certes une nouvelle de la femme est donnée une image double : elle est la « main » de dieu mais aussi l’exécutrice de basses œuvres. Son visage reste muet et impassible. Son sang tourne au noir dans les confins du monde sordide dont nul ne voit encore totalement le fond. En jumelle de sa nuit elle se veut néanmoins Louve, dompteuse d’impossible.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

Écrire un commentaire