gruyeresuisse

12/06/2018

Inge Dick : l’expérience de la couleur et du temps

Inge.jpgInge Dick crée des monochromes ou des polychromes photographiques qui transforment totalement le sens même d’un tel art. Celle qui étudia le graphisme design à Vienne réalisa d’abord des peintures. Elles prouvaient déjà son intérêt pour l’Art Concret, la lumière ; l’espace et le temps. De tels thèmes restent rémanents dans ses travaux. Mais ses mono et poly chromes ne sont pas de simples reproductions de ses peintures. L’artiste y condense en jeux de ligne ou de pans des effets où la lumière naturelle modifie les surfaces le long d’une journée shootée en intervalles réguliers et créent des nuanciers d’un ordre particulier.

Inge 2.jpgL’artiste trouve ses surfaces d’expérience dans son atelier ou dans les ateliers Polaroïd de Boston. Elle a créé par exemple avec sa série « Black » des tranches de variables en prouvant que le noir n’existe pas tant il est modifié par la température et le type d’ombres ou de lumière qui se portent sur lui. Et le Poloraoid permet de visualiser la lumière et l’espace beaucoup mieux que d’autres matériaux ou techniques. Ces expériences créent un univers aussi plastique que mental et poétique. L’univers s’y décline en de subtiles compositions.

Inge 4.jpgLe reflet du reflet crée une esthétique originale propre sans doute à bien des possibilités d’ouverture. Les œuvres doivent donc se lire et s’apprécier à divers degrés pour parvenir à entrer dans l’émotion délivrée par l’artiste. Troublantes et très souvent à la limite du paradoxe, les photographies génèrent beaucoup de jubilation chromatique mais, en passant à un degré supplémentaire de contemplation, voici qu’apparaissent tout l’intérêt et la complexité de telles créations. Les formes contredisent les glacis des couleurs et jouent de vrais rôles de composition aux irisations sans cesse changeantes.

Jean-Paul Gavard-Perret

Inge Dick, « Licht weiss », Fotohof, Salzbourg, du 22 juin au 4 août 2018.

Commentaires

Très beau.

Écrit par : Rémi Mogenet | 18/06/2018

Les commentaires sont fermés.