gruyeresuisse

23/05/2018

L’amante helvétique de Brancusi

Brancusi 3.jpg« Brancusi & Marthe ou l’histoire d’amour entre Tantan et Tonton. Correspondance », EditionsDilecta, 100 p., 20 E..

A lire cette correspondance enflammée une question demeure : Brancusi n’était-il pas bipolaire ? D’autant qu’au même moment paraissent les lettres (si elles peuvent se nommer entre autres puisqu’il s’agit plus de simples billets), échangées avec Marcel Duchamp. Pour celui qui, d’Amérique, s’occupe du sculpteur resté confiné à Paris, les mots sont convenus, hâtifs, lardés de fautes d’orthographe (l’auteur de ces lignes ne peut lui en vouloir), d’à-peu-près et d’un langage franco-roumain approximatif.

Brancusi 2.jpgOr le nonchalant qui avec Duchamp et sous le nom de code de « Môrice » (que partage tous les amis du peintre dadaïste) se contentes de considérations économiques (mais néanmoins amicales), se transforme en amoureux passionné. Le quinqua découvre avec la jeune danseuse suisse la passion dévorante. Marthe Lebherz était venue à Paris parachever ses études. Secrétaire de Brancusi, elle a géré les affaires de l’atelier notamment pendant l’absence du sculpteur parti aux États-Unis préparer son exposition à la Brummer Gallery. Brancusi a soigneusement conservé cette correspondance qu’il comptait publier en tant que roman d’amour. Dès lors, avec la coryphée, le sculpteur soigne l’orthographe et orne ses missives des croquis de son « Baiser » (forcément) et ils sont cachés sous le nom de Tantan et Tonton.

Brancusi.jpgLe brouet d’amour est dégorgeant de lave. Entre l’artiste et la danseuse nulles banalités tartes Mais cette passion restera ronsardienne : elle ne durera sinon le temps des roses du moins certains rosiers fragiles. Le rapport est fort mais avec la distance il s’étiole. Les lettres enflammées ne sont plus que le fait du vieil amant. Marthe de retour en pays natal et réfugiée près de sa mère reprend du plomb dans la cervelle : les ailes de l’amour en reçoivent la salve en contre coup. Preuve comme le chantait les Rita Mitsouko « l’amour finit mal. En général ». Celui de l’artiste et de la suissesse sera conforme à la règle.

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.