gruyeresuisse

29/04/2018

Jellel Gasteli : l’exprimable pur

Gasteli.jpgSensible à l'étroite parenté qui relie son interrogation fondamentale sur le monde et la création d’images Jellel Gasteli crée une minimaliste au charme particulier. Il vit actuellement en Tunisie mais son œuvre parcourt le monde de l’Institut du monde arabe de Paris au Smithsonian de Washington. Ils lui ont aussi valu de participer à des événements notoires comme les Rencontres de Bamako et la Biennale de Dakar. Il a publié « Il Fiore Sbocciato » et « Série Blanche ».

Pour lui les murs du Maghreb fonctionnent comme des pièges à regards. Ses photographies prouvent que "l'image la plus forte, c'est l'image de rien, de personne » (Beckett) en ce qui tient de la quasi-suppression et l'anéantissement du monde en dehors de ces murs qu’un tel érudit capte tout en rejetant ses savoirs acquis. Le réalisme s’efface au moment où il est saisi de manière radicale et minimaliste.

Gastelli 2.jpgCe type de disparition, prouve qu’une forme de négation n'exprime plus rien de négatif mais dégage simplement l'exprimable pur. Existe une mise en abîme de l'être : celui-ci brille par sa disparition. Elle permet de rendre présent l'absent.

 

Gastelli 3.jpgL’œuvre explore une sorte de « rien » qui devient un paradoxal outre voir loin de la possession carnassière des apparences ou de la mimesis en laquelle, depuis la Renaissance italienne tant d’artistes se sont - splendidement parfois - fourvoyés. La poussée vers l’image prend un aspect particulier : les « restes » par leurs saisies créent un ébranlement du regard réclamé à cette très vieille « chose » mais toujours renouvelée qu’est l’art.

Jean-Paul Gavard-Perret

Espace d’Art « 32 Bis » Tunis.

 

Les commentaires sont fermés.