gruyeresuisse

11/04/2018

La graine et la Mulâtre : Tereza Zelenkova

Zelenkova 3.jpgNatures mortes, nus, portraits, intérieurs, cabinets de curiosité créent soit le vide soit le trop plein pour exprimer l’existence en creux et de manière duale : il y a la fin et le recommencement, le classique et le baroque, la parure et la nudité, le sensuel et la spiritualité mais toujours selon des visions délétères et riches de détails.

 

 

 

Zelenkova.jpgTout semble sortir d’un autre âge que le noir et blanc de la photographie argentique décale encore plus. Au coeur de l’enfermement se joue une mise en espace à la fois minimale ou luxuriante, lourde du silence que les photographies dévoilent en un effet étrange : celui d’un appel muet vers l’espoir d’un seuil à franchir mais dont le passage et comme interdit et ramène à la clôture.

 

 

Zelenkova 2.jpgNe demeure souvent qu’un vertige angoissant au sein d’un passage espéré où rien n’est possible. La quête du changement, de l’appel avorte au moment une croupe nue, une chute de cheveux, une coiffeuse indiquent une présence - mais une présence cachée puisque du corps rien n’est visible – même si ce qui est montré en dit long…

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Tereza Zelenkova, « The Essential Solitude », Ravinstjin Gallery, avril-mai 2018.

Écrire un commentaire