gruyeresuisse

06/04/2018

Rosa Brux : au nom des femmes

Brux.jpgRosa Brux avec les Archives contestataires, « Essayer encore, rater encore, rater mieux », Centre Culturel Suisse de Paris, 21 avril au 3juin 2018.

 

Le C.C.S. permet de rappeler que l’année 68  et les suivantes ont entraîné des changements politiques et sociaux en Suisse comme ailleurs. La production artistico-politique de la Suisse Romande de l'époque fait figure de repères pour comprendre l’évolution de l’art et ses liens avec la contre-culture. Rosa Brux exhume des documents inédits dans cette exposition. Elle permet d’aborder également des figures emblématiques sous un angle original.

Brux 2.jpgRosa Brux par tout un jeu de montages illustre la montée d’un féminisme renaissante L’exposition prouve que la vision du corps est le fruit d’un héritage culturel social, religieux et comment elle put s’en dégager. La femme n’est plus la « noire sœur » (Beckett) plus ou moins occultée. En Suisse peut-être plus qu’ailleurs elle s’est prise en main face à une certaine passivité masculine. La créatrice déplace les lignes afin d’évoquer comment se cache ou est spolié le secret de l’identification.

brux 3.jpgLa force centrifuge de la photographie,  des sérigraphies et leurs assemblages n’est pas là pour soulever du fantasme. Elle appelle à l’existence de désirs et de situations refoulées jusque là. Un « érotisme » d’un genre particulier apparaît. Il ne s’agit plus de jouer avec des images qui ne seraient que des ancres jetées dans le sexe pour que s’y arrime "du" masculin. Rosa Brux cherche moins l’éclat des « choses » visibles que celui du vivant.

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.