gruyeresuisse

24/02/2018

Raoul Hausmann : cuirasses d’ombres et d’ambres

Hausmann 2.jpgRaoul Hausmann fut l’un des fondateurs de l’art abstrait et « le plus grand agitateur culturel du Berlin des années 20 ». Très vite la photographie devient son médium de choix et il développe une vision singulière de la femme. Il inspire toute une génération de créateurs dont Moholy-Nagy qui l’invite à enseigner dans son école de Chicago. Raoul Hausmann, harcelé par les nazis, ne pourra s’y rendre. Considéré comme un artiste dégénéré, il fuit l’Allemagne dès 1933 et abandonne derrière lui ses tirages. Ne seront redécouverts qu’à la fin du siècle ses grands formats qu’il avait exposés à Zurich en 1936.

Hausmann.jpgLe corps de la femme y devient un lieu fascinant qui brûle sans que l’on sache de quel bois. Dans de telles prises le sens du moindre est aussi religieux qu’érotique. Existent des hantises, des dérives parmi les courants pétrifiés. Les corps offrent leurs fissures, leurs éclats L’intimité de l’être devient une nudité sans débauche. Demeurent une lumière, une tessiture, une attente, le jour, la nuit, l’ouverture du doute au sein de l’immobilité mais sans la moindre ankylose.

Haysmann 3.jpgLa photographie devient l’espace de la déposition et du mystère jusque dans les poses : un monde se déploie de manière sculpturale. Tout s’éloigne du simple reflet. Les corps deviennent des ponts suspendus au-dessus du vide et imposent leurs « lois ». Ils sont le signe parfois d’un abandon et parfois d’une angoisse. Ils gardent leurs mystères entre pudeur et impudeur sur des plages où le photographe en Pierrot d’amour transforme les apparences. Il invente la puissance générique d’un formalisme poétique d’exception. Devant l’immense masse de silence, le langage de la nudité retrouve dans le clair-obscur une absolue beauté.

Jean-Paul Gavard-Perret

Raoul Hausmann, « Un regard en mouvement », Musée du Jeu de Paume, Paris, du 6 Février au 20 Mai 2018

 

Les commentaires sont fermés.