gruyeresuisse

24/02/2018

Amanda Charchian : le désir et ses formes

Charchian 2.jpegLes créatures d’Amanda Charchian ne créent pas le vice mais le jour. Et elles n’ont pas besoin de vin pour fomenter l’ivresse : elles se suffisent à elles-mêmes avec parfois un serpent attaché à leur ventre. Les fruits encore verts du corps sont là et parfois se partagent en divers types d’amour que la photographe décline pour étancher une soif, une folie ou simplement la volupté.

 

Charchian 3.jpegLe langage touche jusqu’aux lèvres des jeunes filles surprises dans leur concentration. Parfois le regard est à l’image mais parfois celui de voyeur est absorbé par d’autres plans impeccables ou élégamment parodiques selon des domiciliations hallucinées qui excluent l’anachorèse. Il est vrai qu’on est là en Californie du Sud et non dans le Middle-West. Ici des recluses s’apprivoisent dans leurs sanctuaires le cœur battant.

Charchian.jpegEt si Platon faisait de l’effroi le premier présent de la beauté ; Amanda Charchian prouve le contraire. Le corps resplendit au soleil. Et ce n’est pas parce que la photographe a ôté le voile qui la cache que la beauté se transforme en bête. Le désir rode  sans problème dans des intrigues narratives où tout demeure en suspens et impliquent divers types d’imbrication sous forme d’instants condensés.  Les alcôves n’ont pas besoin d’être chauffées. Le feu couve sur la langue et le soleil devient le dieu voyeur d’outrages mesurés.

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.