gruyeresuisse

23/02/2018

Peter Wuetrich : la passion de ce que le livre ignore

Wuettrich.jpgIl n’existe plus chez Peter Wuetrich d’un côté l’esprit ou l’âme et de l’autre côté le corps des signes et des mots. Face à cette dualité spécieuse l’artiste propose la souplesse, une parure d’espace plus qu’une mentalisation. Tout ce qui devient langage change de registre et quasiment de statut. Le l ivre fait masse en devenant image. Et en conséquence c’est elle qui fait signe.

Wuettrich 2.jpgL'artiste propose tout un dressage monumental des figures. Leur attraction suffit. Emane une émotion étrange. Quelque chose d’éperdu et d’aérien s’élève. Le dire ne peut encercler l’état de voir. Et si une image vaut mille mots, celles de l’artiste bernois en valent des millions. Si bien que le livre apparemment relégué à l’état d’objet trouve une nouvelle signifiance.

Wuettrich 3.jpgDès lors plutôt qu’écrire des livres - "c’est une maladie que menace la folie" disait Ovide - Wuetrich préfère une autre relation d’échange avec le « lecteur ». Le livre devient corps qui n’est plus affecté par lui même mais par ses ensembles. Et soudain le regard subit la passion de ce qu’il ignore encore.

Jean-Paul Gavard-Perret .

"ANDERS", Kunstverein Bremerhaven, Karlsburg, à partir du 16 janvier au 4mars 2018.

 

09:00 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.