gruyeresuisse

18/02/2018

Hugo Deverchère : abîmes temporels et cosmiques

Deverchere 2.jpgHugo Deverchère, « Cosmorama - Objects in the mirror might be closer than they appear”, Indiana, Vevey, Du 24 février au 17 mars 2018.

 

"Cosmorama" est une série de cyanotypes. Ce procédé de tirage par contact permet ici la formation d’empreinte de rayonnements que la perception ne peut normalement saisir. Ils ont été conçus en relation avec l’Observatoire du Teide (Ténérife). L’œuvre rend visible une strate inaccessible du spectre lumineux. A savoir des constellations saisies par le télescope du lieu et reconstituées en images à partir de ses données.

Deverchere 3.jpgJaillit « une cartographie impossible de la matière noire de l’Univers ». L’œuvre présente en conséquence un monde quasiment rêvé. Celui d’un « ciel profond ». Il dépasse nos échelles spatiales et temporelles ou renvoie au plus obscur passé de vies et forêts premières. Il s’agit par de telles expériences à la fois d’évaluer notre rapport au monde et nous confronter à divers types de vertiges.

Deverchere BON.jpgHugo Deverchère y poursuit sont travail poetico-scientifique constitué à partir de récits, de données collectées, d’images captées, fabriquées ou trouvées. Il les fabrique grâce à des procédés de modélisation, de transposition, de reconstruction et de conversion. Apparaît de ce qui transforme l’écart entre perception et appréhension. En rebond l’imaginaire des impossibles touche la nature primitive et/ou cosmique.

Deléglise.jpgSes phénomènes quoique soumis au doute et à l’incertitude se rapprochent de notre univers sans pour autant fournir de clés. Il se montre, s’ouvre, béant, isolent et propre à plonger par sa prise et sa beauté dans des abîmes de réflexion. Fascinant et prégnant, un merveilleux vient jusqu’à nous. L’univers représente une dystopie épique. La condition humaine trouve là des raisons d’espérer ou de se confronter au peu qu’elle est face à ce qui la dépasse.

Jean-Paul Gavard-Perret

10:35 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.