gruyeresuisse

15/02/2018

Les études de cas de Makita (Angela Marzullo)

Marzullo bon.jpgAngela Marzullo, « Homeschooling », cinema Dynamo, CNP Genève, du 20 février au 14 mars.

« Makita » connut sa première révolte féministe à 12 ans lorsqu’elle ne put s’inscrire à un club de football. Elle surprit les bonnes âmes avec ses photos « Makita Pissoff » où elle s’immortalisa en plusieurs époques de sa vie, accroupie pour un besoin naturel, tantôt pantalon baissé sur les cuisses, tantôt dans la position d’une statue de fontaine triomphante projetant un puissant jet d’eau afin d'inscrire une réflexion sur le territoire.

Marzullo.jpgAngela Marzullo poursuit sa route intempestive pour mettre à mal les souverains poncifs masculins et les injustices faites aux femmes. Ici 4 courts métrages incisifs et/ou délurés énoncent un Pas de pitiés pour les couillus. « Taranta », « Concettina », « Education for Autonomy »et « Let’s spit on Hegel », remettent en quelque sorte leur pendule à l’heure en revisitant mythes, lois et règles.

Les deux derniers sont les plus drôles et incisifs : dans un zoo est surpris un dialogue de fillettes sur l’éducation face à un bouquetin qui peut-être serait plus capable d’en faire bon usage que les mâles eux même. Le second parle d’un certain séparatisme féminin/masculin dans l’art et ses cérémonies de célébration.

Marzullo 2.jpgComme toujours l’artiste zurichoise installée à Genève lutte contre pudibonderies et impostures. Elle utilise pour cela autant une révision des vieux corpus philosophiques, moraux et didactiques, que la scénarisation astucieuse de ses propos. Performances, films poursuivent cet « enseignement » toujours réinvesti, mis à jour, réinventé de production en production et aux collisions souvent hilarantes mais jamais gratuites. Avec un sens de l’image parfait se poursuit une chanson de gestes transgressive, radicale et jouissive

Jean-Paul Gavard-Perret

Écrire un commentaire