gruyeresuisse

06/01/2018

Andrea Mastrovito et les efflorescences

Mastrovitoo bon.jpgAndrea Mastrovito, « Le jardin des Histoires du Monde », du 18 janvier au 16 mars2018, Art Bärtschi & Cie, Genève.

 

 

Mastrovitto2.jpgL’ex punk bergamasque Andrea Mastrovito crée un univers aussi enchanteur (mais pas toujours) que signifiant et poétique à travers le dessin, la peinture, les installations en papier impressionnante de féerie. Fasciné par l’histoire, il la revisite, s’imprègne des mythes, des religions, des hommes, puis en révèle des épisodes qu’il reprend et mixe pour les transformer en une sorte d’atemporalité là où l’imaginaire règne en maîtresse de cérémonie.

Mastrovitto3.pngSa série de dessins sur bois « jardin des Histoires du Monde » a été réalisée dans sa ville natale. Sera aussi projeté son long métrage « NYsferatu - Symphony of a Century » aux cinémas du Grütli. Il contient de plus de 35000 dessins. L’artiste y fait revivre le « Nosferatu » de Murnau selon des problématiques contemporaines.

Mastrovitto.pngDans cette exposition comme ce film se retrouve implicitement l’arte povvera par l’utilisation du papier. Mastrovito le métamorphose parfois en trois dimensions au sein par exemple de ses châteaux comme dans « N’importe où hors du monde ». Rien ne demeure figé en de telles fresques murales ou non. Les œuvres obsèdent la curiosité là où les points de vue sont multipliés. Le spectateur est transformé en rêveur : l’art s’arrache à la fixité au sein de bourrasques de couleurs ou par le noir et blanc. Le ciel et la terre semblent s’inverser dans un déploiement d’une fête nocturne ou lumineuse.

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.