gruyeresuisse

05/01/2018

Du sage au sacripant : fagots cités de Jérôme Meizoz

Meizoz.jpgJérôme Meizoz, « Haute trahison », La Baconnière, 10 CHF, 32 p., 2018.

Jérôme Meizoz prouve qu’un brillant professeur d’Université (celle de Lausanne en l’occurrence) peut être un excellent auteur dont l’humour est aussi corrosif que dévastateur. Il l’avait déjà prouvé en écrivant « Les Désemparés », « Père et passe », « Faire le garçon ». Ici en mêlant « dans un monologue fait pour être lu d’une traite » qui va être représenté à Lausanne en janvier, le héros tente de répondre aux injonctions de deux registres différents : une préface pour un livre sur les peintres de montagne et une conférence à propos d’un chant de la Divine Comédie de Dante (le Chant XXXIIII du Styx réservés aux « Traitres »). Plutôt que de résoudre la quadrature de ce cercle à géométrie variable - ce qui est parfaitement réalisable - le narrateur en profite, cortex dénoué, pour partir en sauts et gambades entre marmots, crétins des alpes et d’ailleurs et autre pauvres ou riches diables. Le tout en subissant des incidents de passage avant non le dénouement mais le suspens terminal - sorte de fin de non recevoir ponctué d’une clause de sauvegarde : « j’avais à fendre mon bois pour l’hiver »…

Meizoz 2.jpgUn tel bucheron affectionne les plaisanteries de derrière les fagots. Si bien que son livre est un cours de miracles. L’écoute de la discussion sur France Culture d’une écrivaine (qui ne l’est pas) ne le remet pas pour autant sur les rails. Meizoz poursuit sa farce déambulatoire. Et c’est un régal. Aux lecteurs chenus de la « Lectura Dantis », l’auteur préfère les plombiers zingueurs qui franchissent non les portes de l’Enfer mais d’un bistrot. Histoire de remettre à leur place les amateurs sages de paysages, ce qui ne l’empêche pas au passage - entre deux brèves de comptoir - de saluer le Florentin qui au milieu de son âge et sans traverser l’Achéron découvrit du Léthé et le Paradis et sa salle de transit.

Meizoz 3.jpgPreuve qu’être payé pour réfléchir n’empêche pas les billevesées et de pratiquer l’autodérision. Manière aussi de clouer le bec aux lecteurs francophones qui pensent encore que les vaudois manquent d’humour. Meizoz pour le prouver poursuit sa fanfare improbable. Par acupuncture cervicale le langage chatouille les lobes au moment où le narrateur a mieux à faire que de s’engager dans des présupposés plus ou moins humanistes de la peinture et de la littérature. Restent ici le plaisir d’avanies avec en plus une bonne bière dès le matin. Tout est bon afin que les équilibres instables créent de véritables danses du scalpel : le lecteur ne se fait pas pour autant un sang d’encre. La fantaisie verbale ouvre les plaies du monde : la béance devient jouvence de l’abbé sourire d’un clerc tout en « haute trahison ».

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Les commentaires sont fermés.