gruyeresuisse

25/12/2017

Koto Bolofo : de dos ou de face

Koto Bolofo bon.jpgEnfant, Koto Bolofo a quitté l’Afrique du Sud avec sa famille exilée politique pour venir s’installer en Grand Bretagne. Il est devenu photographe de mode (Vogue, GQ) mais bien plus encore. Au moyen de réglages simples, avec une lumière naturelle et un vieil appareil argentique, il crée des images intimistes très fortes en textures et qui se dégage de toute temporalité ou contexte

 

 

 

Koto Bolofo.jpgCe travail résume toute l'ambiguïté et l'enjeu de la photographie de nue. Une femme est offerte au regard avide du voyeur. Pourtant le jeu de noir et blanc - celui des peaux et parfois celui des photos - pose plusieurs questions. La nudité n’est pas signe de perversion mais de transgression et de subversion politique et surtout poétique. Si bien que, comme l’écrit Bataille « la nudité peut-être la plus pudique des exhibitions». Elle n'est en rien coupable (" nuditas criminalis ") et ne dénote ni la débauche, l’absence de vertu.

Koto Bolofo 2.jpgCette nudité devient esthétique, hédoniste et profonde par celle du langage lui-même. Les concepts d’érotisme ou de pornographie deviennent des concepts vides. Seule la forme fascine. Elle n’avance pas cachée. Le corps ne sort du tombeau de sa nudité afin de proposer un baiser funèbre. Celle-ci comma la photographie qui se transforme en épiphanie.

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.