gruyeresuisse

20/12/2017

Florian Javet : l’un dans l’autre

Javet 4.jpgFlorian Javet, « La Prise », Collection Sonar, art&fiction, Lausanne, 2016.

Au moment où le monde s’éparpille en une suite de propositions douteuses, l’éditeur Florian Javet rassemble, recompose. Mais qu’on se rassure : il n’a pas la prétention de changer le monde. Il a mieux à faire. Il remonte à sa manière le fleuve du réel jusqu’aux affluents du songe tel un saumon revisitant ses sources.

 

Javet.jpgLe magicien d'eau dose ses effets, propose le palimpseste d’un livre en faisant de l’édition elle-même le process de la création. Il a extrait de ses carnets 35 dessins. Mais pas question de les dupliquer, de les copier coller. L’artiste et éditeur s’oblige à un travail de reprises. Il crée « en repons » à ses œuvres originaires de nouvelles. Le livre devient le creuset « in progress » de la création dans l’image de livre et le livre d’images

 

 

 

Javet 3.jpgLes premières (celles des carnets) perdent leur visage sans que l’artiste ne se fasse d’illusion sur ses misérables miracles (pour preuve parfois il biffe, caviarde) mais pas question pour lui de lâcher prise et de se perdre en d’autres activités. Il prouve que tout livre a quelque chose à dire et à montrer.

Javet 2.jpgChaque dessin devient un radeau sans que Javet se méduse en se prenant pour un visionnaire ou un errant des mers. Manière pour lui de se méfier des mystificateurs de l'absolu qui pêchent les regardeurs dans les filets du lyrisme. Face à eux il cultive son indignation ludique. Le dessin reste donc l'erreur essentielle. Certes elle ne justifie pas de tout mais permet d'inventer une liberté afin de garantir des moments parfaitement inutiles.

Jean-Paul Gavard-Perret

08:42 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.