gruyeresuisse

17/12/2017

Mélanie Veuillet : le design est en prison

Veuillet bon.pngMélanie Veuillet, “Tools of disobidience », Editions Patrick Frey, Zurich. “Littéralement et dans tous les sens”, CPG, Genève.

Mélanie Veuillet née à Sierre et ancienne élève de l’HEAD de Genève et de la Gerrit Rietveld Academie d'Amsterdam - documente astucieusement les formes d'organisations humaines et leurs conceptions qui ont partie liée avec l'aliénation, le contrôle et la surveillance. En 185 photographies la créatrice présente dans « tools of disobidience » des d'objets fabriqués clandestinement par les détenus d'établissements pénitentiaires de la Suisse Romande.

Veuillet.jpgIl s’agit de répliques fonctionnelles d'ustensiles de la vie hors des murs des geôles. Fabriqués à partir de matériaux de récupérations ils prouvent comment l’imaginaire peut avoir droit de citer au sein des colonies pénitentiaires et de ses contraintes : manque d'outils, surveillance, nécessité de dissimuler ces créations. Les matériaux sont modifiés, combinés et réutilisés. Ils perdent leur fonction première pour en retrouver d’autres.

 

Veuillet 3.jpgMélanie Veuillet a photographié ces objets in situ de manière radicale. Ils sont présentés comme dans un catalogue de vente par correspondance. La froideur n’exclut pas une forme d’évanescence, d’évasion et de poésie. Emerge un jeu d’écume loin de toute banalité. Il suggère un bain d’oxygénation en « répons » à l’enfermement. Les objets se déploient hors banalité et dans des formes qui transforment la rhétorique de l’objet par un design « libre ».

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.