gruyeresuisse

09/12/2017

Dans la lumière du réel : Roberta Mongardi

Mongardi 3.jpgAux fantasmes Roberta Mongardi préfère la réalité. Son esthétique le prouve. A l'irrationnel des marchands de rêve et sans jouer de la dérision (bien au contraire) elle impose une magie particulière. A l'improbable elle préfère le réel qui à mesure que le monde avance, recule sous le coup des boutoirs des nouvelles technologies. L'existence et la romance ne font ici pas bon ménage. Dans des photos fractales et des polyptiques signifiants les femmes ne sont plus offertes sur un plateau d'argent. Et c'est pour cela qu'elles sont "aimables".

 

 

Mongardi 2.jpgL’œuvre est un chant de la féminité. Indifférents à la narrativité psychologique, les corps rayonnent ici de leurs imperfections, de leurs poses composées à dessein comme maladroites ou roides. Quittant les lois publicitaires académiques, les photographies créent un épanouissement particulier. De manière traversière, intime et engagée Roberta Mongardi au sein même de la fixité des prises, sort de l’engourdissement que le marketing impose. Transparait insidieusement une méditation sur l'indicible sournois qu'il fomente insidieusement.


Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.