gruyeresuisse

07/12/2017

Les souri(re)s de Gérard Musy

Musy 2.jpgEntre préparatifs de défilés de mode, cérémonies SM ou paysages de forêts helvétiques, bref du fétichisme aux arbres, Gérard Musy crée un monde étrange. Variations et répétitions donnent à son univers une poésie pénétrante. La femme y est souvent harnachée de manière spectaculaire. Mais le photographe met en exergue la beauté plastique - non sans intelligence et attention bienveillante - en de grands formats spectaculaires aux plans surprenants et la force des couleurs. Des séries aussi disparates que Beyond, Lustre, Lamées, Leaves, Lontano/ Lejano, Back to Backstage, créent une unité et un jaillissement existentiel où se dénombrent l’inconnu et l’introuvable.

 

 

 

 

Musy.jpgLe photographe suisse renverse les visions, ajoute du mystère au mystère. Le corps est magnifié, il chavire mais juste ce qu’il faut dans un exhibitionnisme légèrement contrarié par une retenue particulière. Elle sacrifie la vue d’ensemble à celle des détails et fore des secrets par l’ordre de la caresse. Tout reste plus suggéré que vu afin que l’imaginaire s’envole dans des labyrinthes optiques et des forêts des songes. La phénoménalité superficielle est dominée par une idée de la vie là où les existences se livrent à des baignades ou des sacrifices librement consentis dans la cavalcade de plaisirs programmés.

Musy 3.jpgHabillées de retenues les princesses d’un jour deviennent des fantômes qui défilent ou se livrent à des chorégraphies nocturnes. L’obscénité n’est que pudeur dans des châteaux de carte du tendre ou d’une violence fléchée. Ses vagues successives font rougir les peaux: mais le plaisir ne tue pas, il se consomme et se savoure. Musy en décline les préparatifs. D’où ses histoires d’O et d’eau. Nul besoin d’y ajouter l’élixir de l’Abbé Souris : le regard s’enivre d’une géographie non commune entre les forêts noires et les coulisses d’un festival de masques. Sous la douleur jaillissent les rires. Ils président à de telles cérémonies d’euphorie que chaque prise distille.

Jean-Paul Gavard-Perret

Gérard Musy, « L’œil fertile « , Galerie Esther Woerdehoff, Paris, du 29 novembre au 23 décembre 2017.

 

 

11:04 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire