gruyeresuisse

06/12/2017

Les farces et attrapes de Jacqueline Devreux

Devreux 2.jpgPlutôt que de cultiver les constellations apaisantes Jacqueline Devreux s’amuse à ouvrir des béances érotiques sémillantes mais où s’empilent des noirceurs. Dans de dernières lueurs avant l’extinction des feux les femmes cultivent brasiers, jeux, incandescences. Ici point de repos du corps. Il ne dort pas en se couvrant d’un drap : son fleuve serpente en des lueurs propres à créer des troubles chez les insomniaques rêveurs.

Devreux.jpgLes muses en leur corps amoureux s’amusent entre elles et Jacqueline Devreux en capte les résonances. Il existe des enchantements et des farces. Des rondes étranges où se devine un sein ou une jambe. Les silhouettes illuminent les ombres, leurs cheveux emportent des soulèvements qui se renversent sans attendre le matin. Chaque œuvre reste une fête, les corps s’élèvent jusqu’à devenir énigme au gré des courbes et de leurs bordures. Les femmes appellent des clairs de lune pour se moquer des voyeurs qu’elles envahissent de leurs (im)postures en habiles traîtresses. Mais ils n’en ont cure. Même si pour se rincer l’œil un tel bain demeure problématique.

Jean-Paul Gavard-Perret.

Jacqueline Devreux, « Epicerie Fine », dessins et peintures récentes, Galerie Pierre Hallet, Bruxelles, du 16 décembre 2016 au 4 février 2018.

Écrire un commentaire