gruyeresuisse

04/12/2017

Pierre-Yves Freund : fonds et surfaces

Freund BON.jpgDans l’œuvre de Pierre-Yves Freund semblent se retrouver des choses laissées sur le bas côté de l’existence. Cela permet de saisir quelques éléments premiers du secret de l’intime du monde. A chaque spectateur d’en faire l’usage et l’interprétation qui lui plaira. D’autant que tout se prête au doute par la variation des échelles et des matières Tout ce qu’on peut en dire : elles ne sont pas nobles. Elles génèrent ni absurde félicité ni abus de confiance, mais sidèrent là où le travail n'a plus besoin de nier ou d'affirmer.

Freund.jpgLa seule réponse est le geste qui répond au silence du monde. Il ne faut donc pas chercher ce que l’œuvre cache, mais juste se laisser prendre à perte de vue en sa propension à percer la nuit de l'être ou du monde mais sans en donner les clés. Des surfaces hantent, s’en détachent des formes étranges de suspens, de vertige. Par elles surgit l’adhérence étroite à ce qu'il en est de soi, sur ce que l’on ignore et qui n’a pas de nom en des images aussi rupestres que mystérieuses.

Jean-Paul Gavard-Perret

Pierre-Yves Freund, « Poussière blanche sur noir », texte de François Bazzoli, Photographies Olivier Perrenoud et Pierre-Yves Freund, Editions Vol d’Image. Voir le site de l’artiste.

09:57 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

magnifique commentaire
je "fonce" sur googlepour en savoir plus
merci

Écrit par : mure | 04/12/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire