gruyeresuisse

02/12/2017

Anne Voeffray : le mouvement qui déplace les lignes

Anne Voeffray.jpgAnne Voeffray, « Mouvements », Galerie Univers, 5, rue Centrale - Lausanne du 9 au 24 décembre 2017

Quittant le visage mais pas forcément la buée Anne Voeffray poursuit sa quête. Elle filtre la lumière et l’apparence par des lueurs et des présences diffractées afin d’approfondir les choses vues et le silence. La photographe refuse de forcer des seuils : le mouvement est toujours feutré.

Il s’agit d’attendre, encore attendre, aller plus avant dans la nudité qui ouvrira le passage. Mais en se retirant. Et retenir des traces en retirer à peine le bâillon face à l’insondable. Ce que la buée recouvre le temps le défera. L’objectif de la photographe est de retenir cet indicible de la vitre dont l’artiste fait pleurer le voile. Un regard y coule pour se mêler à la substance de ce qui irrémédiablement s’échappe.

Jean-Paul Gavard-Perret

16:41 Publié dans Femmes, Images, Vaud | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

J'aime cette image:" cet indicible de la vitre dont l'artiste fait tomber le voile".Elle me rappelle une autre photo d'Anne, plus ancienne,dans laquelle, au 4e étage d'une maison bourgeoise s'enflait, dans l'entrebâillement d'une porte-fenêtre,un drap gonflé par un souffle qui semblait venir de l'intérieur.
J'éprouvais, devant cette photo, le même sentiment qu'Edgar Poe prête au visiteur qui s'approche de la maison Usher...`
Aujourd'hui,l'indicible de la vitre est un voile moins lourd et qui révèle bien plus l'étonnement que la terreur.

Écrit par : René Guignard | 04/12/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire