gruyeresuisse

30/11/2017

Willy Spiller : New York, Los Angeles et retour

Spiller 3.jpgWilly Spiller, “Street Life in New York and Los Angeles 1977-1985”, Bildhalle, Zürich, du 7 décembre 2017 au 7 janvier 2018.

Le photographe zurichois Willy Spiller a vécu 10 ans entre New York et Los Angeles à la jonction des années70 et 80. A l’époque, pour un européen, la rencontre de telles cités tenait encore d’un voyage initiatique et romanesque. L’artiste a su saisir, sous la violence, un monde souvent insouciant. Celui de la jeunesse dans les rues, le métro, au bord des piscines et dans les clubs.

 

 

Spiller 2.jpgLes nuages de la vie disparaissent au profit d’une forme de jouissance. Les images sont drôles, canailles, surprenantes et transforment la banalité. Le photographe saisit les sourires, l’insouciance. Rousseauiste à sa manière, il fait sa marque de fabrique de l’amour des autres et donne du monde une vision diffractée et savoureuse. Il ouvre des fenêtres, happe la lune, mange la nuit en divers remous et rythmes. Les collégiennes dans le métro relèvent leurs jupes (mais pas pour moucher des larmes). Elles ne se soucient guère des regards. Les Lolita elles-mêmes deviennent voyeuses. 

Spiller.jpgTout tient bien avec du ruban bleu et qu’importe la perversion des tristes sires. L’hypocrisie sociale semble presque une vue de l’esprit. Willy Spiller propose une vision quasi inédite. Pour autant ses images ne jouent pas de la nostalgie. Demeure un étourdissement, un flux. La tête peut se perdre, cesser de gouverner sans le risque inhérent - selon la paranoïa médiatique - aux grandes cités. La tension n’est pas au rendez-vous. La quasi innocence est presque sous jacente à cette poésie urbaine d’une certaine plénitude.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

10:29 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire