gruyeresuisse

23/11/2017

Les questions sans réponses de Pieter Hugo

Hugo.jpgLes portraits, paysages et natures mortes de Pieter Hugo ont une force rare et complexe. L’œuvre renverse les visions binaires, expose la fracture entre les idéaux et le réel et casse ce qu’on veut faire croire et ce qui existe dans les plis d’une société fragmentée non seulement entre les blancs et les noirs mais selon bien d’autres lignes de fractures. L’identité sud- africaine postapartheid présentée dans la série « Kin » (2006-2013) montre comment désormais se déploie les disparités économiques et les diverses traditions du pays. L’auteur y poursuit dans son propre pays ce qu’il entama au Nigeria, Ghana, Liberia et Botswana.

Hugo 2.jpgPortraits et paysages sont hypnotiques quel qu’en soit le sujet : les townships surpeuplés, les zones minières en désuétude, des intérieurs de maisons modestes, mais aussi des photos plus intimistes et révélatrices d’un doute. Le photographe ne triche jamais. Entre espaces publics et privés, il montre l’écart croissant qui sépare les nantis des autres. Le pays est de plus en plus coupé, blessé, violent, la ségrégation se poursuit en de nouvelles donnes.

Hugo 3.jpgTout le travail tente de répondre aux questions que l’artiste se pose « comment vivre apaisé dans un tel pays ? Comment endosser la responsabilité́ de l’histoire passée et dans quelle mesure doit-on le faire ? Comment élever des enfants dans une société́ si conflictuelle ? ». L’artiste ne trouve pas de réponses. Hugo 4.jpgMais il présente son pays d’un œil critique, contemple l’autre et lui-même afin comprendre le poids de l’histoire et le rôle que chacun tient désormais dans cette société nouvelle. De fait l’œuvre montre par la variété des prises une diffraction absolue. Impossible de trouver un sens sinon d’une segmentation que l’artiste présente telle quelle entre violence et beauté d’une puissance inégalée.

Jean-Paul Gavard-Perret

Pieter Hugo, “Between the Devil and the Deep Blue Sea”, MKK Dortmund, 23 novembre 2017 au 13 mai 2018, -

Les commentaires sont fermés.