gruyeresuisse

13/11/2017

Marcel Imsand et les accords parfaits

Imsand 2.jpgLe grand photographe suisse est décédé samedi . Il laisse une œuvre majeure constituée de milliers d’images, surtout des portraits où sont rassemblés les témoins du XXème siècles, célèbres ou inconnus. Autodidacte il s’est tourné tard vers la photographie à la recherche des visages des êtres humains. Ses séries portent souvent des prénoms : « Luigi, Paul, Clémence ». Manière de pénétrer le quotidien le plus humble tout en le transformant entre réalité et fiction.

Imsand 3.jpgNé en 1929, il sut toucher juste, trouver la parcelle d’éternité en chacun de ses portraits. La photographie invente avec lui un lieu où le visage se creuse habité de signes que d’autres n’ont pas su retenir. En évitant tout pittoresque ou virtuosité il a su reconstruire des émotions sans chercher à combler l’écart entre les choses et l’absolu :ce dernier n’existe pas. Sauf peut-être lorsque la photo est bonne.

Imsand.jpgSes portraits d’anonymes ou vedettes (Barbara, Maurice Béjart, Duke Ellington) mais aussi de paysages ou d’œuvres d’art (sa photo d’une sculpture de Rodin pour la fondation Gianadda devint un best-sellers) marquent son époque. Chaque œuvre d’Imsand déclenche un cinéma intérieur. Elle vient féconder en nous une germination latente, une vaporisation dont le tissu se métamorphose en gaze qui fait de chaque prise du « temps à l’état pur » (Proust)

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

12:00 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire