gruyeresuisse

06/11/2017

Sergey Chilikov : bons baisers de Russie

Soviet 4.jpgSergey Chilikov est considéré comme un artiste non-conformiste capable de mettre à nu et à tous les sens du terme la face cachée de son pays et les images que son leader autocrate veut en donner. L’artiste n’hésite pas à rechercher l’éros où il se cache et parfois s’exhibe quitte à cultiver un certain « mauvais » goût afin de secouer les stéréotypes. Il existe là de la maladresse mais surtout de belles réussites. Chilikov suggère bien des fractures.

Soviet 2.jpgEn ne cherchant jamais le beau pour le beau son projet inclus toutes les couches sociales et tous les âges. Pour les intolérants de telles photographies mènent au vice car s’y déchaînent des torrents de stupre avec la rapidité du choléra de la fornication. Il est vrai que sur ce plan la Russie est timorée ou simplement hypocrite. Certains mariages ont l’air de communions des saints. Mais le photographe montre des faces moins officielles.

Soviet 3.jpgLes amoureux et amoureuses ne ressemblent pas à des enfants qui croient au Père Noël. Il n’existe ni décorations, ni déclarations d’amour. L’équation de l’amour est à deux inconnu(e)s voire bien plus. Quant aux Don Juan ils ne sont pas forcément des toréadors du sexe même si leurs compagnes semblent leur laisser carte blanche. Seules les timides sauvegardent les parades d’une précoce vulgarité.

Soviet 5.jpgMais d’autres passent à travers comme une lettre à la poste. Certaines femmes imbues de leur image jouent les solistes, d’autres préfèrent les groupes qu’elles pimentent de quelques gouttes d’inaccessibles. Néanmoins dans ces histoires il n’existe pas toujours un balcon pareil à celui de Juliette.. En Russie on se contente d’y mettre les lessives à sécher. Néanmoins sur cette corde à linge il est possible de grimper au rideau : pour s’envoyer en l’air plus besoin d’escaliers.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Les commentaires sont fermés.