gruyeresuisse

21/10/2017

Anya Belyat Giunta : masses et éclats – les cristaux d’inconscient

Anya 2.jpgL'univers d’Anya Belyat Guinta ouvre un espace mental et physique particuliers. II crée une série de connexions, de rapports dans lequel à la fois l’image fait masse mais où la matière éclate en une série de « métaphores ». Le regard s'y éprend, réapprend à voir, se surprend à une contemplation paradoxale (jouant par exemple sur les renversements des notions de grand et de petit, de dehors et de dedans en des formes charnelles et leur inversion figurale.

Anya 3.jpgL’artiste feint de passer d'un reflet à l'autre. Son oeil vise l'objet, son regard la chose dans une œuvre qui ne cesse d'inscrire une extra - territorialité au sein même de la chair. Anya Belyat Guinta subvertit les notions habituelles de beauté en jouant de l’envers et l’endroit, de la matière peinture et de la « viande ». La dimension d'un manque et d'un trop plein est donc au cœur de la postulation plastique comme si soudain la libido possédait non seulement des métamorphoses mais des trajectoires là où le réel et l'imaginaire ne forment plus de discrimination pertinente.

Anya.jpgL'artiste offre un voyage par la force de l'imaginaire qui vient en contre coup se réfléchir dans le réel. Tout se passe en une telle œuvre comme si imagination et réalité devenaient deux parties juxtaposables, superposables d'une même trajectoire ou encore deux faces qui ne cessent de s'échanger. Il y a donc un itinéraire nomade et un voyage en rêve. L'imaginaire devient une image virtuelle qui s'accorde à l'objet réel pour constituer ce que Deleuze nomma "un cristal d'inconscient". L’œuvre est faite de ce doublement ou plutôt ce dédoublement. Et c'est dans les cristaux de l'inconscient que se voient les trajectoires de la libido.

Jean-Paul Gavard-Perret

www.anyabelyatgiunta.com

 

Les commentaires sont fermés.