gruyeresuisse

12/10/2017

Vivre avant de disparaître : Marion Bataillard

Bataillard SUPER.jpgRegarder les peintures de Marion Bataillard c’est entrer dans un univers particulier et complexe. S’agit-il d’un réalisme onirique ? Pas vraiment. Portraits et autoportraits deviennent des icones qui jouxtent parfois le trivial sans jamais y sombrer. La sensibilité des poses qui donnent aux « choses » dites de l’amour des combinaisons parfois intempestives. La contextualité emporte vers un ailleurs de manière poétique même si le réel est bien là et le plaisir règne jusqu’à (parfois) l’écœurement.

 

Bataillard bon 2.jpgLuxure ou effervescence sont remplacées par un radicalisme sans pour autant que le naturalisme impose sa loi. L’amour trouve des ressources nouvelles en un champ qui s’oppose à tout anéantissement. L’image semble relever d’une zone obscure qui ruse avec la raison. Mais l’érotisme est emporté du côté d’une pure essence même quand un personnage vomit. Néanmoins le plus souvent les femmes basculent sans bruit vers un fleuve Amour, le cœur fendu visible par la caverne de leurs grands yeux.

bataillard.jpgMarion Bataillard évoque le désir plus que la soif d’intimité même si elle n’en cache rien. On peut imaginer entendre hors cadre le chant d’une mésange charbonnière. La passion de faire casse l’académisme et les modes. Se retrouve, en lieu et place l’influence des primitifs italiens et flamands afin de modifier le psychologisme souvent lié au portrait par un symbolisme particulier. . La chair -comme chez Merleau-Ponty - est conçue comme possibilité du monde. La peinture en devient plus l’expérience que la représentation.

Jean-Paul Gavard-Perret

Marion Bataillard, « Créatures », du 14 octobre au 28 novembre 2017 à la Galerie ALB, Paris.

 

Les commentaires sont fermés.