gruyeresuisse

06/10/2017

Les ratés domestiques de Rubi Lebovitch


Lebovitch.jpgRubi Lebovitch se veut un photographe symboliste. Voire… Certes shootant un trousseau de clés gigantesque qui pend de la ceinture d’un homme jusqu’à terre il précise que “Cette photographie symbolise toutes les clés qui sont dans nos vies”. Néanmoins si clés il y a, dans ses prises elles demeurent lettre mortes puisqu’elles témoignent de superbes ratages là où l’ordre ne produit que du désordre..

Lebovitch 2.jpg« Home sweeet home » n’est que la marque de la vie domestique en ses impasses , ses culs de sac, ses cours intérieurs avec du vivant plus ou moins dérangé à l'intérieur. La photographie devient l’expression du fiasco là où les choses se tournent en vanités et les situations en absurdités. Si bien que le photographe appartient à la catégorie de ceux pour lesquels la promesse "délusoire" d’un résultat final improbable serait peut-être l’aiguillon essentiel, dans le mode opératoire d’une quête au dessein plus fondamental…

Lebovitch 3.jpgLibre donc à qui se veut optimiste de trouver là une sorte de mode de vie approximative, l’approche d’une lucidité – du moins autant que possible. Fantaisie, satire, abus de toutes sortes permettent de mettre à nu - dans les cent nuances de gris du « domos » - un grain de folie. Voire des sacs entiers. Bref de quoi, nous aussi, à en être rassasiés.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Les commentaires sont fermés.