gruyeresuisse

05/10/2017

Eric Poitevin et les obsolescences du charmant

Poitevin 2.jpgLe travail d’Eric Poitevin ne prétend pas résoudre les problèmes du temps. Il fait mieux en découvrant ce qui est soustrait à notre vue. Pour cela il utilise une approche minimaliste et provocatrice du nu et de la nature morte, de la vanité. Fixant avec humour et impertinence dégingandée ce qui déjà figé (ou non mais qu’il présente comme tel) les œuvres restent habilement déceptives.

Poitevin 3.jpgNe se prétendant pas des oracles elles deviennent une prestation de « tout ce qui reste » (Beckett). Grâce à elles s’ouvrent des frontières. Sans prendre rendez-vous avec l’Absolu, par leur tension, elles proposent des circonstances particulières dont le but est de mettre mal à l’aise le regardeur au sein - et entre autres - d’une suite de modifications du cadrage habituel ou le sériel devient singulier.

La chair humaine remodelée, les trophées d’animaux sont transformés en diverses séries de dépouillement ou de dépouilles. De l’animé comme de l’inanimé jaillit une trituration de l’image et de son sujet. Si l’artiste héros est détrôné au profit de l'histrion, celui a bien des choses à dire et à montrer quitte à choquer.

Poitevin.jpgLa sublimation de ce que l’art généralement prend au sérieux jusque dans ses effets de nostalgie est atteint ici d’un frégolisme particulier pour rappeler que la vie n'est pas qu'un leurre et la mort un Shakespeare. Poitevin proposent des projets iconoclastes face à un espace artistique souvent voué au culte de fragrances inutiles. La beauté prend ici un sens particulier.

Jean-Paul Gavard-Perret

Eric Poitevin, « Inverso », Galerie C, Neuchâtel, du 14 septembre au 4 novembre 2017.

 

Les commentaires sont fermés.