gruyeresuisse

01/10/2017

Le discours de la méthode d’Hellen Van Meene

Van Meene.jpgLa hollandaise Hellen Van Meene est surtout connue pour ses portraits d’adolescentes. Elle révèle les tensions, ambiguïtés et incertitudes d’un tel âge dans une lumière naturelle qui n’est pas sans rappeler la peinture de Vermeer. Chaque jeune femme semble perdue dans ses pensées et porte son regard souvent loin de l’objectif ou comme si elle ne le voyait pas. Le temps et l’espace semblent comme éloignés du nôtre. Un recueillement s’impose dans une sorte de fable. Une luxuriance désuète fait office d’empreinte.

Van Meene 3.jpgIl s’agit d’avancer à tâtons dans un tel univers. Nul ne peut dire si les êtres sont prisonniers, ni de qui ou de quels lieux. L’opaque naît de la clarté. Une poésie diaphane se hisse hors du réel. Le présent devient absolu par effet de paradoxal décalage. La rigueur de chaque prise fait de la vie une sorte de musée où l’humour est accepté pour peut qu’il se distille à dose homéopathique.

Van Meene 2.jpgPoursuivie par le doute chaque personnage s’enfuit à l’intérieur de lui même. L’air devient une peau fuyante : pas question d’y danser. Les anges écorchés cachent leurs fêlures. Nul ne sait qui d’eux ou de leurs chiens sont les animaux de compagnie. Entre intimité et facétie le mystère perdure.

Jean-Paul Gavard-Perret

10:44 Publié dans Femmes, Images | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.