gruyeresuisse

20/09/2017

Olivier Christinat et les rumeurs de la ville

Christinat.jpgOlivier Christinat, « Histoires sans titre », CHUV Lausanne, du 5 octobre au 30 novembre 2017.

 

 

 

 

 

 

 

Christinat3.jpgEn une vision muséographique de son livre « Nouveaux souvenirs », (art&fiction, Lausanne) et dans la suite de ses expositions au Rolex Learning Center puis au Musée de l’Elysée, Olivier Christinat propose des visions où l’urbain se mêle à ses signes, ses codes et aux corps. Il crée en photographies ce que Godard pratiqua dans ses films sans pour autant les singer. Existe néanmoins chez les deux artistes une poétique de la ville par narration de l’éphémère et le télescopage d’images. Les prises sont à la fois tendues et douces, hantées de rythmes suspendus au dessus d’un certain vide. Sous chaque mouvement en arrêt sourdent des images qui n’ont rien d’exotiques : elles sont nos miroirs décalés.

Christinat 2.jpgLe photographe multiplie des signes qui ne déchiffrent rien. D’où des semailles apparemment disparates. Elles défont des repères et en cassent la coque. Entre le tumulte ou le silence chaque cliché est un élan. Il donne à Christinat - comme au regardeur - la faculté de trouver un passage dans des espaces. Chaque photo devient un ilot. Sa rive foraine rattache à la nôtre. D’où une dimension conjointe entre le lointain oriental et notre réalité. Un tel langage propose une lecture qui relie l’intérieur et l’extérieur selon une suite de parcours et de comportements. Tout l’univers urbain est contenu dans cette contextualisation de la solitude au cœur de la ville, ses lieux, ses habitants. Il s’agit d’en déchiffrer les éphélides, les signes, les lignes, les visages et le désir en divers types de plans qui font de chaque prise la résonance d’instants purs.

Jean-Paul Gavard-Perret

09:00 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.