gruyeresuisse

17/09/2017

Fifo Stricker le baroque

FifoStricker.jpgFifo Stricker, « Dessins – aquarelles », Galerie Patrick Cramer, Genève, du 14 septembre –au 31 octobre 2017

Tout chez Fifo Stricker est traité physiquement, de manière charnelle plus que psychologique. Chacun est atteint par la « monstration » de notre propre monstre et de celui du monde mais selon une explosion baroque des formes et des couleurs. L’ensemble reste résolument d’ici-bas, d’ici même donc humain ou animal dans les dernières preuves « d’amour ».

Fifo .jpgLa chair est présente non dans ses affres mais à travers ses parures sans forcément un retour à la pudeur mais sans pour autant en provoquer l’outrage basique. La puissance du dessin est là : tout est jaillissement primitif et poétique. Le Douanier Rousseau n’est pas loin, tout comme les arts primitif et surréaliste. Les carnations deviennent intenses et de nombreuses sensations sont provoquées par une création qui mêle le réel et l’onirique sans le moindre recherche de l’esquive.

Fifo 2.pngL’obsession du corps animal, l’inscription de la corporéité par la technique plastique renversent nos présupposés idéologiques au sujet du corps consommé / consommable, du corps du désir, du corps de jouissance, etc.. Il redevient poétique. Et par la magie fomentée par Stricker il ne pourrit pas. Il n’existe plus d’analogie entre l’art et la mort. La matière singulière du premier dégage de l’angoisse, en construisant un memento mori drôle et fantastique, qui en appelle moins à l’intellect qu’à la sensation vive.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Les commentaires sont fermés.