gruyeresuisse

04/09/2017

Jitish Kallat : moutonnements

Kallat.pngSachant créer des connections entre sociologie, biologie et archéologie, Jitish Kallat porte un regard ironique et poétique sur les rapports de la nature et de la culture tout en créant une chronique du cycle de la vie dans l’Inde contemporaine et en mutation. Souvent maître des fresques colorées il est aussi capable de propositions monochromes en des matières surprenantes tel le plâtre dentaire qui fait passer les surfaces d'un état triomphant à un état décadent comme si tout ne perdurait que par une sorte de passivité du regard.

Kallat 2.jpgL’artiste y insinue cellules et alvéoles faites d’yeux d’oiseaux par exemple pour créer une fable. Elle ne renvoie plus seulement au réel mais à l’imaginaire sans pour autant représenter un produit typique des civilisations de l'âme (sinon en les changeant d'échelles) dont le but est de renvoyer à plus tard une rencontre plus qu'improbable avec une spiritualité en acte.

Kallat 3.jpgL’oeuvre déconditionne les façons de voir, de percevoir et représente un nouveau système de "projection" ironique. Ne persiste parfois qu'un vague moutonnement ondulatoire dans l'affaissement du langage plastique comme si ce qui restait de l’image n'était plus que de derniers vestiges visuels susceptibles d'engendrer un vertige sur le réel, sur son vide, comme sur la présence implicite du “covarieur”

Jean-Paul Gavard-Perret

Jitish Kallat, “Covariance”, Templon, Bruxelles, du 7 septembre au 29 octobre 2017.

14:12 Publié dans Images, Monde | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.