gruyeresuisse

24/05/2017

Lilian Bourgeat le passe muraille

Bourgeat.jpgLilian Bourgeat, Exposition, Fondation Claudine et Jean-Marc Salomon, Manège du Haras, Annecy, du 10 juin au 15 octobre 2017.

 

 

 

Bourgeat 2.jpgLilian Bourgeat est passé maître dans le surdimensionnement d'objets du quotidien. Son œuvre reste une succession de gestes et d'opérations. Il y a toujours la fulgurance drôle presque absurde d’une épiphanie volontairement imparfaite, perfectible et inachevée. L’artiste sait qu’il faut en tirer partie afin d'influencer la sensibilité du regardeur. De l’humour implicite naît la contemplation qui peut devenir mystique, si être mystique c’est se laisser dévorer vivant pour ne plus tomber nez à nez avec le réel.

Bourgeat 3.jpgPar élargissement rien n'arrête l'ouvert. L’artiste jette des formes dans le temps afin qu’on pêche diverses directions. L’artiste a compris que les images comme les heures fixes comprennent les heures en surplomb et que l’univers est réel comme trou : ils ont la même consistance. Un vaste système de signes se construit implicitement. L’intention de l’artiste se « réduit » à n’être qu’un ferment. Mais l’œuvre finalement va bien au-delà de ses intentions. Et si on demandait pourquoi l’artiste compose de tels agrandissements il répondrait sans doute que c’est pour voir se produire chaque fois un curieux « miracle ».

Jean-Paul Gavard-Perret

 

16:48 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.