gruyeresuisse

01/05/2017

Sébastien Mettraux : machines et Eden


Mettraux.jpgSébastien Mettraux, « Ex Machina », sur le quai 3 de la gare, Vallorbe, du 21 mai au 18 juin 2017.

Celui qui a grandi dans une maison isolée et en pleine nature près de Vallorbe se lève dès que sa montre-réveil mécanique (ce détail a son importance) sonne. Solitaire, travaillant de jour comme de nuit dans son atelier situé dans la gare de sa ville natale, près de l’horloge (là encore le détail n’est pas anodin) , peu enclin aux vacances, il prend néanmoins le temps d’emmener mon fils au parc ou à la boulangerie du village pour boire un sirop. Pour celui qui est fasciné par les machines à compter les heures, le temps de travail ne compte pas ; Proche d’artiste tels que Jérôme Bosch, Félix Vallotton, Charles Sheeler, Erik Bulatov, le créateur amateur d’architecture et l’horlogerie poursuit sa peinture figurative

Mettraux 2.pngAvec « Ex-Machina » exit Adam et Eve. Les images cultivent une ambigüité non dénuée d’humour. Froids, parfaits, ironiques ses structures remontent le temps l’histoire de l’art. Et le créateur de remarquer : « Après de nombreuses recherches sur la représentation du paradis depuis la Renaissance, j'ai fait le constat que les images actuelles les plus proches de ces codes de représentation sont les visuels de promotion immobilière de luxe »…L’art se cache donc parfois dans des niches imprévues. Le bonheur qu’évoquaient les peintres florentins est donc désormais sublimé autant avec sérieux que dérision par des images d’une mécanique propres à mettre en évidence - qui sait ? - d’imprévisibles havres de paix là où les trains ne passeront pas.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

10:27 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.