gruyeresuisse

07/04/2017

Sylvie Aflalo : réserve et abandon

 

Aflalo 4.jpgDans les photographies de Sylvia Aflalo demeure toujours une part de désir. Par effet de béance entravée l'indicible garde tout son sens. Les dessous-chics sortent de l'état de simple gaine, fourreau ou étui. Ils redeviennent des signaux et échappent à la seule fonction de communication et de référence. Ils atteignent un rôle supérieur en ouvrant l’imaginaire par ce que chaque œuvre de la créatrice remet en jeu avec un goût de la caresse implicite qui avance masquée selon à la fois une feinte d’abandon et réserve.

Aflalo 3.jpgL’œuvre crée une immense métaphore de la féminité. La femme devient le symbole d’une existence privée qui connaît la force de ses charmes tout en se contentant de les suggérer. La photographe montre combien l’existence est habitée de noir et de blanc là où la solitude est omni présente en une forme de pénitence et d’ascèse dans des hybridations potentiellement volcaniques. Nul ne peut dire si la créatrice s’amuse ou cicatrise certaines blessures. Reste la semi-nudité dégagée de la pitoyable comédie des mâles. Leur absence souligne subtilement peut-être leur cynisme, leur vulgarité, leur pusillanimité.

Aflalo.jpgDans chaque portrait demeure un doute et un vertige. Il existe des trous de lumière dans les vêtements qui s’entrouvrent. Mais au sein du passage esquissé rien n’est jamais possible ou du moins reste en suspens. La femme demeure exposée à la vacance de sa propre vacance. Elle ne connait que l’isolement. Elle y accomplit pénitence comme s’il fallait payer pour l'inconsistance de mâle vers lequel la passion pourrait peut-être la porte. Mais à ce point le critique exagère, extrapole. Toutefois chaque modèle se retrouve peu à peu tendue sinon en un appel du moins vers une attente. Vers le sacré absolu de l'amour ? Ou son idée ? L'artiste semble en connaitre le poids et l’opacité.

Jean-Paul Gavard-Perret

Commentaires

Waouh!

Magnifique perception de la femme!

Un peu dur avec les hommes et leur supposé manque de courage

Écrit par : Carreira | 07/04/2017

Les commentaires sont fermés.