gruyeresuisse

26/03/2017

Monstres vont : Catherine Liégeois

Liegeois.jpgDans sa pratique du toucher Catherine Liégeois met le doigt (si l’on peut dire) sur un aspect négligé du livre : sa valeur tactile. Elle sert de sortie de secours à certains handicaps (cécité), de propédeutiques aux enfants comme parfois aux scientifiques et donne aux artistes une manière de transformer un « volume » en volume. L’auteure - artiste elle-même et éditrice - verbalise les perceptions tactiles qui impulsent une nouvelle vie au livre et à la transmission qu’il peut « co-mettre » dans sa masse volumique.

Liegeois 2.jpgLa vision originale d’un objet commun - même s’il a tendance à se dématérialiser - jaillit d’un tel remarquable ouvrage dont la jaquette elle-même n’est pas innocente. Sa froidure scintille, remplace l’objet « déconnu » pour le penser en gestes, caresses en ce qui devient des histoires de peau. Le livre prend corps pour un autre plaisir et d’autres fêtes non seulement de l’intellect mais des sens. De grands artistes - comme l’explique - l’auteure réinvente le medium. Quand finit sa platitude, sa chair lourde peut parfois atteindre la satiété d’une machine presque obscène. Elle fait sortir d’objet d’état d’épave affective. Par le toucher ; les livres d’enfants comme ceux d’artistes, permettent une éducation sentimentale et s’affranchit su seul culte de l’esprit.

Jean-Paul Gavard-Perret

Catherine Liégeois, « L’art du livre tactile », coll. Alternatives,Editions Gallimard, ,160 p., 32 e., 2017.

Les commentaires sont fermés.