gruyeresuisse

23/02/2017

Andrea Heller artiste en "herbes"

heller.jpgAndrea Heller poursuit son travail “physique” d’effets de peau et de magma tout en démêlant peu à peu le complexité de leurs emmêlements. Jaillissent des formes dont la compacité se dissout en ce qui tient d’une proximité végétale charnelle. Les “fleurs” ou ce qui en tient lieu trouve une sublimation loin de toute solution voyeuriste. Chaque plante prend sa revanche, reconquiert l’espace. Mais la débauche est transformée en ascèse sur la matrice du support.

 

 

Heller 2.jpgUne micrologie devient un cosmos. Existe en conséquence une fable du monde. Entre persévérance et surprise l’oeuvre garde sa vocation poétique; la forme demeure le sujet sans toutefois que la  décontextualisation du réel soit totale. Reste une audace mature en un travail lucide et calculé là où la notion “d’artiste en herbes” prend un nouveau sens et où l’image garde quelque chose d’inaliénable.


Andrea Heller, « Blumen für die Kunst Florale Interpretationen von Werken aus der Sammlung », Aargauer Kunsthaus, Aarau, 7 - 12 mars 2017.

Les commentaires sont fermés.