gruyeresuisse

18/02/2017

Michel Tournier ou l’habileté littéraire

Tournier.jpgMichel Tournier, « Romans suivis de Le Vent Paraclet », édition établie par Arlette Bouloumé, La Pléiade, Gallimard, Paris, 2017.

Souvent les romans de Michel Tournier mettent en scène des personnages venus de vieux livres d'images qui firent jadis le délice de l'enfance : l'ogre du Roi des Aulnes, les frères jumeaux des Météores, le Robinson de Vendredi ou les Limbes du Pacifique. Par ailleurs certains contes de l’auteur ont été publiés en collections pour enfants. Et l’auteur a même a récrit son « Vendredi » pour la jeunesse. Toutefois entre ces deux versions ne se produit pas une édulcoration mais un travail d’approfondissement du projet.

Tournier 2.pngLe romancier est donc celui de la métamorphose des mythes et de l’écriture dans le but de toucher un jeune public. Ce fut pour lui « l’ambition sans mesure » car elle impose la perfection. Mais peut-on parler pour autant de clarté ? L’ambition dont parle Tournier est sans doute plus trouble et plus profonde qu’il n’y paraît. Manière de contourner bien des dogmes en feignant de les respecter. A l'interdit d'interdire fait place sous couvert de clause de sauvegarde, l'impossibilité habilement déviée du moindre faux pas, là où les sujets sont toujours délicats.

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.