gruyeresuisse

11/02/2017

Incidences vs. saturation : Catherine Bolle


Bolle.jpgCatherine Bolle, « opaque-oblique », Graf & Schelble Galerie, Bâle, du 10 février au 8 avril 2017.

Par ses objets, peintures, dessins Catherine Bolle propose à Bâle une partie de son savoir et de sa maîtrise. La lausannoise  reste une des artistes phares de la scène suisse contemporaine en créant des propositions formelles sophistiquées. Tout semble facile chez celle qui multiplie les approches. S’en dégage toujours quelque chose de neuf autant sur le plan des matières que de l’écriture plastique. L’ingéniosité pénétrante est capable de suggérer le trouble des apparences non sans une sensualité paradoxale et toujours indirecte. Le flot obscur d’un sombre désir se métamorphose en formes et couleurs dont les structures créent de perpétuelles interrogations.

Bolle 2.jpgLes visions jouent sur l’ambiguïté et sous le sceau de « l’abstraction ». Cette dernière vient hanter le monde du réel. L’espace est toujours « borderland ». Il échappe à toute fixation précise et accorde une sorte d’éternité à cet éphémère soudain figé. Jaillit un appel à l’imaginaire par une suite de scénographique et de mise en matière essentielles. Bref Catherine Bolle explore des limites, des frontières, des indices interstitiels ou encore des « frustrations » . Ce n’est pas là pour autant une fuite devant l’art : il s’agit de transgresser la surface ou le volume comme antichambre de ce qu’il peut ouvrir.

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.