gruyeresuisse

02/02/2017

L’Op et le Pop arts de Tinguely

 

Tinguely.jpgJean Tinguely, “Si c'est noir, je m'appelle Jean”, Istituto Svizzero, Milan, du 17 février au 22 mars 2017.

 

 

 

 

 

 

 

 

Tinguely 3.jpgL’exposition milanaise de l’Instituto Svizzero reprend le titre d’une des oeuvres de Jean Tinguely (1925-1991) pour célébrer les 25 ans de la mort du sculpteur suisse. Il allait autodétruire pour le régénérer son art comme il détruisit entre autre sa sculpture “Hommage à New York” prouvant que les rêves édénique étaient déjà dernière nous. Dans le même esprit et à Milan le mouvement s’installa et organisa afin de célébrer les 10 ans d’existence du Nouveau Réalisme avec feu d’artifices aussi scandaleux (vu la forme phallique de sa structure ) qu’exhubérant sur la Place du Dome. Il y avait là au côté de Tingely, Pierre Restany théoricien de fait du mouvement et des artistes tels que Arman, François Dufrêne, Raymond Hains, Yves Klein, Martial Raysse, Daniel Spoerri, Niki de Saint Phalle. Face à la foule et dans la capitale lombarde Tinguely fit exploser sa grande sculpture “La Vittoria” aux formes explicites et masculines.

Tinguely 2.pngL’exposition de l’Instituto Svizzero propose les documents et films relatifs à cet évènement. Elle revient aussi sur le rôle et le caractère extrêment populaire de l’homme et de l’oeuvre. Tinguely reste une référence majeure de l’art international et plusieurs générations de sculpteurs ne cessent de rappeler ce qu’il doive à l’iconoclaste machiniste et poète. L’art cinétique prit avec lui un nouveau départ. L’exposition explore comment l’oeuvre est entrée dans la mémoire collective par la remise en cause des symboles d’une société de consommation ivre alors de ses certitudes mais que dans son op et pop arts particuliers Tinguely remettait en question en ne se contentant pas d’un simple acte à la Duchamp.

Jean-Paul Gavard-Perret

16:21 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.