gruyeresuisse

24/01/2017

Les jolis iambes de Fabienne Radi


Radi.jpgFabienne Radi, C’est quelque chose, Editions D’Autre Part, 2016

Il est des fables rurales qui cultivent le crépuscule non des champs les plus beaux mais les temps d’un même tabac. Celui des années septante dont il ne reste un certain glamour discrètement désuet (et parfois quelques dérives esthétiques douteuses). Preuve qu’il n’est pas besoin de remonter au Pentateuque pour inventer un livre de « gala »dans le sens hébreu du terme (à savoir découverte).

 

Radi 2.jpgFabienne Radi se fait une nouvelle fois callypigiste des surgeons d’œuvres transformées en mythes qui évitent le cafard. Elle explore figures, images, discours loin du pur logos et en inventant les particules fines d’une fiction mixage d’intelligence et d’émotion. Raymond Roussel n’est jamais loin, Deleuze non plus. Il y a aussi du Albert Ayler et du Pharoah Sanders. Pas besoin de pare-hures puisqu’il n’existe là jamais rien de cochon. La littérature devient une philosophie dans un boudoir champêtre. Mais sur la table de travail de l’auteure les légumes de jardin sont exclus.

 

Radi 3.jpgDehors il se pourrait que seules les vignes soient vierges. Il faut néanmoins rester circonspect sur ce fait. Fabienne reste pudique en ses jolis iambes. D’autant que l’étape horticole n’est qu’un pré-texte : l’ironie de la Mrs Bloom helvétique en fait plus à sa guise qu’à celle de ses ducs.

Ni Olympia à manette ni Hégélienne elle secoue la pensée. S’y éprouve un parfum plus de noisette que de myrrhe obolante. Nue telle A (l’incandescente voyelle de la cime d’Annapurna) et entre l’apollinien et le dionysiaque, la pensée « radiale » est une gymnastique sans tac ou toc. Elle permet de goûter bien des subtilités des arts depuis les rives du Léman jusqu’à l’oublié « Beau lac de Bâle ».

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.