gruyeresuisse

14/01/2017

Françoise Jaunin : « Ah, des paysages!, Rien de plus, rien de moins » (S.B.)

 

art et fiction .jpgFrançoise Jaunin, « Se plonger dans La chute d'eau, le lac et le plus petit musée du monde », conversation avec Caroline Bachmann et Stefan Banz et exposition des deux artistes «What Duchamp Abandoned for the Waterfall», proposée à l'Espace CHUV, Lausanne, à partir du 12 janvier 2017.

 

 

 

 

 

 

art et fiction bon.jpgPar l’entremise de Françoise Jaunin, Caroline Bachmann et Stefan Banz racontent leurs parcours de vie et leurs travaux autour de Marcel Duchamp. Leur demeure de Cully est proche de la chute d'eau du Forestay lieu ou décor de l'ultime chef-d'œuvre de l’artiste. Les deux protagonistes rappellent l'enquête grâce à laquelle Stefan Banz a découvert cette cascade au dessus de l’endroit où il s’installait. Ils commentent les clichés « conceptuels et sensibles » que Duchamp a réalisé du lac Léman qui selon lui « à chaque heure, change de robe» ainsi que ceux de la cascade photographiée en 1946 comme point de départ pour son dernier projet « Étant Donnés :1° la chute d’eau, 2° le gaz d’éclairage... ».

art et fiction 4.jpgCaroline Bachmann et Stefan Banz retracent aussi l’histoire du « plus petit musée du monde » (La KMD - Kunsthalle Marcel Duchamp) de la taille d’une boîte aux lettres qu’ils ont créé en 2009 à côté de chez eux en hommage à l’inventeur du « Ready Made » et dans l’objectif d’organiser un symposium et un événement international consacré à lui et à la chute d’eau du Forestay. Le musée n’est pas seulement « fantôme », il permet de déplacer la vision que le regardeur se fait de Duchamp à travers des artistes invités (Wei Wei par exemple).

art et fiction 3.jpgL'exposition propose 54 photographies du lac Léman. Chacune obéit au même protocole. Prises en plongée depuis la même fenêtre de la maison de Cully, à toutes les heures du jour, elles invitent à une immersion dans un jeu chromatique en damier. La patience de ce travail, permet à l’image d’apparaître peu à peu en un processus de dévoilement. A la périphérie de Marcel Duchamp les deux artistes poursuivent donc un travail conceptuel où se réactivent différentes données de l’art (portraits, paysages et natures mortes). La photographie induit parfois d'étranges effets en un détachement programmé. Le paysage devient un sémaphore si bien que l’âme liquide du lieu se déploie en une forme d'abstraction de telle sorte que ce ne soit pas en pensée qu’on se porte vers lui. Pas, au bout de la route, promesse de Paradis, pourtant c’est lui que l’image « expose ». A ce titre elle reste l’erreur essentielle dont on ne se remet pas, Il convient d'en tirer les conséquences. Mais surtout ne pas de lui dire adieu.

Jean-Paul Gavard-Perret

17:21 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.