gruyeresuisse

10/01/2017

Aurore Claverie et Cécile Hug : Assomption


Claverie.pngLe texte d’Aurore Claverie et les photographies de Cécile Hug ne se conçoivent pas l’un sans les autres. Les deux créent l’évocation de l’abandon, de la soumission mais aussi de son contraire puisque la femme mène le jeu : “En apnée depuis des semaines elle cherche à lui décrocher le mensonge de l’amygdale. Avec un nœud, coulant, avec la nuit, le café trop amer et le sucre caché dans leur album de mariage ". Les créatrices restent des complices là où les “visages posés sur la naissance des sexes, respirent les bas ventres”. Les acteurs ne le sont pas de la seule pensée. L’érection devient un état intérieur général en un hymne acathiste.

Claverie 2.pngDe la double initiation ni rétrécie, ni brouillardeuse, jaillissent “La décoction de l’épiderme et le bruit d’une veine aspirée qui tâche la commissure des lèvres”. Des courants parfaitement tendres nourrissent l’espoir d’une fête. Le livre refuse les existences recroquevillées. Quelque chose avance : radicale par le texte, métaphorique par l’image. L’érection n’est pas seulement phallique. Elle s’associe à un acte de vie et à une manifestation du vivant insaisissable. Elle devient un point de vue non pas créateur mais instaurateur de ce qui érige. Une fois de plus ce sera “une nuit pour sauter de joie pieds liés”.

Jean-Paul Gavard-Perret

Aurore Claverie, Cécile Hug, « Le jour s’est tordu la cheville », Editions Litterature Mineure, Rouen.

Écrire un commentaire