gruyeresuisse

12/12/2016

Ben et la « haute » couture


Ben.jpgTrouvant pour l'aider une merveilleuse couturière juste à côté de chez son coiffeur (qui pour l'occasion teindra les cheveux de l'artiste en bleu - ce qui est une faute de goût) Ben Vautier va "écrire" la vérité sur les robes en en créant 35 pour un défilé. A quelques jours de l’évènement il lui reste à trouver des mannequins (cela ne devrait pas poser de problèmes) et la musique (idem – mais Arnaud Maguet a déjà été contacté pour de travail). L'artiste est d'ailleurs confiant : "Lagerfeld et Saint. Laurent n'ont qu'à bien se tenir" et il a téléphoné à Junko pour qu'elle lui prête deux robes afin de parachever sa monstration. Celle-ci ressemblera à n'en pas douter à celles qu'il aime regarder à la télévision. Il pourra ensuite aller manger les pâtes fines à l’huile et à l'ail.

Celui qui vient d'exposer dix portes chaussettes en fer pousse un peu plus loin son travail de modéliste pour femmes molles ou dures en un défilé qui pourrait bien représenter une séance sado maso. Et l'artiste pour justifier sa nouvelle avancée de citer Daniel Spoerri : « s’il n'y avait pas les escrocs en art on ne vendrait presque rien ». Preuve que pour Ben la culture est un "foutoir" et que "l’Art conclut aujourd’hui que l’histoire n’as plus de sens". Il est vrai que Ben depuis qu'il a quitté sa Suisse natale éprouve parfois de tels prurits. Dans le marigot des plasticiens, il se sent grenouille qui croasse « et moi et moi et moi » tout en se moquant autant de son propre égo que de l’art. Bref il poursuit à sa main - désormais de cousette même s’il n’ jamais enfilé une aiguille anorexique - ses songes en s’entourant d’égéries de Renoir ou de Mayol pour son nouveau travail.

Jean-Paul Gavard-Perret

Ben , « Collection de robes crées par l’artiste Ben », Défilé de mode à Montélimar, Musée d’Art Contemporain et château d’Adhémar, le 17 décembre 2017.

Les commentaires sont fermés.