gruyeresuisse

06/12/2016

Mara Tchouhadjian : éclosions et blasons

Mara 2.jpegEn parallèle à sa pratique personnelle, Mara Tchouhadjian crée pour le collectif « le crabe et la mécano » - « collectif né un matin à Shanghai » - dans différents lieux entre cette ville et Genève. La jeune artiste a toujours travaillé pour financer ses études d’art. En retour, celles-ci en ont été enrichies. Pour la plasticienne le dessin devient la disposition propre à saisir le réel en le transformant en inventions subjectives pleines de drôlerie, de transgressions d’une grande maîtrise. Au sein de la bataille des lignes épurées le dessin tient parfois du pictogramme, de l’empreinte voire de la vanité entre fétichisme, farce et feinte de sadisme. Néanmoins le dessin ne se veut pas pour la jeune artiste une narration mais une évocation. Même dans la fresque elle renvoie à l’intime.

Mara 3.jpegCe travail relève du geste (souple) et de la réflexion par effets de rythme et de pulsation en des sortes de décompositions d’actes plus suggérés que montrés. L’œuvre reste de l’ordre de la trace minimaliste, stimulante au sein de ses éclosions. Le dessin devient espace et durée entre le dedans et le dehors. L’éros émerge mais touche à une forme d’ascèse là où tout joue du pli et de l’ouverture de fragments restreints de corps - parfois à la limite de l’abstraction et au sein d’écho d’actes imbibés d’une tension charnelle. En des essences invisibles et des détails subsiste le tout de manière ironique ou hallucinatoire. Chaque dessin à la fois pulvérise ou rassemble en des blasons qui installent le trouble.

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.