gruyeresuisse

18/11/2016

Intérieurs : Paul Graham, Paris 2015

 

 

Mack 2.jpgPaul Graham, « Paris 11 15 Novembre 2015 », Mack, 2016


Pendant les attaques terroristes de Paris le 13 novembre 2015, Paul Graham se réfugie dans son appartement avec son amie et son jeune fils. En réponse à l’atmosphère étouffante de la ville il crée cette série de photos d’intérieurs comme s’il ne voulait voir ce qui était, dehors, insupportable.

Mack 3.jpgAvec une rigueur géométrique et un rythme emprunté au silence les photographies invitent à la contemplation d’un intérieur troublé de l’extérieur juste par quelques rayons de soleil. Aux couleurs sourdes, dans des camaïeux de gris et de beige, répond la douce lumière qui joue sur les rideaux, les radiateurs, les meubles et les planchers. Rien n’est dit. Les compositions sont autant « réalistes » qu’évanescentes. Elles sont autant poétiques que "conceptuelles".

 

Mack 4.jpgS’y déroulent une cérémonie secrète de recueillement développée en divers états d’une même prise Le pouvoir des images - tributaire pour Graham de l’histoire de l’art et d’une anthropologie visuelle - investit, bouleverse, convertir l’habituel pacte photographique sans s’affranchir des atmosphères, évocations et mises en scène du réel. Autant de données auxquelles il faut ajouter des résurgences iconographiques et thématiques qui soulignent des accointances souterraines avec la picturalité en réponse à la réalité et sans pour autant réduire la photographie à un sous-produit de la peinture. Ou du réel.

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.